Preloading  Chargement...
Bienvenue !

Config: Win 8/7/XP/Vista

Licence: Tous gratuits

Bienvenue dans la zone de téléchargement de notresite web. Vous y trouverez tout un tas de logiciels très utiles proposés par nos collaborateurs.

Téléchargement !
nsvDigital Facebook fan page  nsvDigital Alliance Twitter  nsvDigital Instagram  nsvDigital Channel

nsvDigital Interactions™

Beta

Kassav' :: L'histoire d'un groupe de légende

Rédacteur de l'article
Par AnakinShane AnakinShaneTime Posté le Samedi 15 Fév. 2014 à 16h03 Dot Zouk Dot Comments 0 avis*
Déjà vue 614 fois, et 0 fois aujourd'hui Dot Actuellement 0 personne(s) sur cet article

Kassav, le groupe de zouk par excellence, inventeur du genre, est devenu une légende vivante. Toutes les influences musicales caribéennes s'y croisent et se mêlent au funk et au rock pour donner un cocktail détonnant et dansant. De quoi faire bouger la planète entière.

L'histoire de Kassav (la kassave est à l’origine une galette de manioc mélangée à de la noix de coco) commence en 1979 quand Pierre-Edouard Décimus, musicien dans un orchestre de danse depuis les années 1960 décide avec Freddy Marshall, autre musicien antillais, de renouveler et de moderniser la musique qu'ils ont toujours jouée. Très attaché à la musique populaire de carnaval, Décimus cherche à l’adapter aux techniques musicales modernes. Les deux hommes recrutent aussi Jacob Desvarieux, guitariste de studio confirmé et Georges Décimus (le frère du premier), bassiste, ainsi que d'autres musiciens de studio. Le groupe se forme au fur et à mesure.

Cette première mouture du groupe rentre en studio en novembre et, au début de l'année suivante, paraît le premier album de Kassav', intitulé "Love and Ka Dance". Un nouveau genre musical est né : le zouk. L'apparition de nouveaux sons, surtout au niveau des basses, claviers et cuivres donne à cette musique un air de modernité et surtout de fête, une musique vivante et dansante en somme. Kassav commence là à écrire l'histoire du zouk.

Le second album s'intitule "Lagué mwen" et sort aussi en 1980. Pour la première fois, on peut entendre Jocelyne Beroard dans les chœurs alors que Freddy Marshall assure toujours le chant. Y figure un de leur premier tube, "Soleil". Le groupe Kassav commence alors à s’imposer dans l’esprit de toute une génération. Sur sa lancée, Kassav sort un troisième album en 1981 et accueille Jean-Philippe Marthély au chant ainsi que Jean-Claude Naimro aux claviers. En août, ce sont les débuts scéniques du groupe à travers les Antilles. Les moyens techniques sont importants. Le groupe est accompagné de deux danseuses Catherine Laupa et Marie-José Gibon aux chorégraphies structurées et qui à l’occasion, participent aux choeurs. Le succès est incontestable.

Kassav et les années 80

En 1982, après un quatrième album (sans titre), Kassav' se "démembre" et permet à chacun de ses chanteurs de sortir des albums solo. Kassav est toujours là mais en accompagnement. C’est ainsi que Jacob Desvarieux sort l’album "Oh Madiana". Suit celui de Georges Décimus "Avec Kassav et Cie" sur lequel un nouveau venu vient chanter : Patrick Saint-Eloi qui lui-même sort un peu plus tard " Misik ce lanmou ".

Le zouk explose

Ralph Thamar vient apporter sa contribution au cinquième album du groupe qui sort en 83, sur le titre "My doudou". La machine est en route. Georges Décimus concocte un nouvel album solo "La Vie" à l'instar de Jacob Desvarieux avec "Banzawa" et Jean-Philippe Marthély avec "Ti coq". Cela ne les empêche pas de travailler pour le collectif car en fin d'année sort "Passeport", un autre album de Kassav. Suit d'ailleurs en 84, le septième album de Kassav intitulé "Ayé" alors que Patrick Saint-Eloi enregistre, quant à lui, son deuxième disque "Zouké". Le groupe entreprend une nouvelle tournée durant la période du carnaval (février-mars) en Guadeloupe et Martinique. Il la reprend en août et va même en Haïti. La même année, Kassav sort un autre album pour Noël, "Yélélé" sur lequel on trouve le titre "Zouk la sé sèl médikaman nou ni" (Le zouk est notre seul médicament). Grâce à ce tube, la notoriété du groupe explose et dépasse les frontières des Antilles…

Kassav fait exploser le zouk

Kassav débute l'année 85 en force. Jean-Philippe Marthely en profite pour sortir un deuxième album solo "Rété", alors que suit celui de Jean-Claude Naimro (claviers) qui vient d’enregistrer le sien, "An balatè". Véritablement propulsée par "Zouk la sé sèl médikaman nou ni", toute l’équipe commence une tournée en Afrique. Première tournée hors des Antilles avec notamment la Côte d'Ivoire en mars, où le succès est énorme. D'autres pays africains sont visités et les musiciens et chanteurs du groupe semblent en quelque sorte retrouver leurs racines et les origines de leur musique.

Kassav se retrouve ensuite en France métropolitaine pour le premier d’une longue série de concerts au Zénith (grande salle de spectacle parisienne), qui est complet un mois avant la date du concert, le 22 juin 85 et ce sans aucune promotion. A partir du mois de juillet et jusqu’à la fin de l’année, les tournées continuent dans divers pays tels que l’Algérie, la Guyane, Saint-Martin, Sainte-Lucie, l’Angola devant 30.000 personnes à Luanda, le Portugal, le Niger, le Burkina Faso, le Togo, le Bénin, le Gabon, la Côte d’Ivoire et naturellement les Antilles. Et pour clore cette année exceptionnelle, les deux chanteurs Patrick Saint-Eloi et Jean-Philippe Marthély sortent "Bizness".

On est loin des groupes antillais amateurs qui sévissaient avant l'arrivée de Kassav sur le marché. Début 86, ils fêtent leur premier Disque d'Or devant 40.000 personnes rassemblées en Guadeloupe. Du 1er au 4 mai, ils se produisent au Zénith, véritable consécration parisienne pour le groupe antillais. Seule ombre au tableau, le trompettiste André Laïdli décède d’une jaunisse aggravée durant une série de concerts au Gabon.

Le 21 juin, jour de la Fête de la Musique en France, est organisé pour la première fois un Carnaval antillais à travers Paris. A la fin du défilé, sur la pelouse de Reuilly, on retrouve le groupe déjà mythique devant 250.000 personnes. L’occasion de présenter "Gorée" (île au large du Sénégal où les esclaves africains destinés au continent américain étaient embarqués) un disque de Georges Décimus et Jacob Desvarieux créé sous l’inspiration de la visite de la Maison des Esclaves. De nouveaux, déplacements au Portugal, au Sénégal, au Zaïre... Puis, Jocelyne Beroard (qui depuis longtemps a quitté le rang des choeurs pour celui du devant de la scène) sort son premier album nommé "Siwo", qui deviendra premier Album d'Or féminin des Antilles.

Kassav sur scène
1987 : "Vini pou"

Mais Kassav' ne s’arrête pas là et, en 1987, les tournées continuent, leur permettant de se produire devant un public sans cesse nouveau comme en Suisse, au Brésil, au Mali ou en Belgique. Ils reviennent à Paris au Zénith pour leur rendez-vous devenu annuel avec le public parisien du 30 avril au 9 mai. En novembre, Kassav sort "Vini pou" chez CBS, multinationale du disque. L'album devient Disque d'or deux semaines après sa sortie. En ce qui concerne la sortie de leurs albums, ils évoluent maintenant dans la cour des grands. Ils sont d'ailleurs récompensés par une Victoire de la musique comme meilleur groupe, à Paris en 1988. La machine Kassav fait dorénavant zouker partout dans le monde, des Etats-Unis au Japon en passant l'Europe toute entière.

.:: Précédent :: Page 1 sur 3 :: Suivant ::.

Partager sur Facebook Facebook
Tags: Tag Caraïbe  Tag Guadeloupe  Tag Martinique  Tag Groupe  Tag Antilles
          Tag Reggae  Tag Zouk  
Mis à jour le: 22/04/2012 à 19h00
Left Arrow Article précédent
Mercury Day :: Le Spring Break des îles
Article suivant Right Arrow
Full Moon Party 

Sur le même thème...

Vos réactions


La rédaction de commentaires est ouverte à tous  publié(s) :: Ajouter le votre
Cette page à été générée en 0.1060171 secondes.